Emily a vu : Omar m'a tuer

Publié le par Emily

     Et voilà, pour moi les vacances sont finies. Je dois maintenant préparer mon déménagement dans la région parisienne. Je vais quand même prendre le temps d'alimenter ce petit blog avec toutes les lectures et tous les films qui ont agrémenté mes vacances.

 

 

affiche-Omar-m-a-tuer-2010-2 LargeOmar m'a tuer

Roschdy Zem

 

 

Résumé allociné :

 

Le 24 juin 1991, Ghislaine Marchal est retrouvée morte dans la cave de sa villa de Mougins. Des lettres de sang accusent : « Omar m’a tuer ». Quelques jours plus tard, Omar Raddad, son jardinier, est écroué à la prison de Grasse. Il parle peu, comprend mal le français, a la réputation d’être calme et sérieux. Dès lors, il est le coupable évident. Il n’en sortira que 7 ans plus tard, gracié, mais toujours coupable aux yeux de la justice. En 1994, révolté par le verdict, Pierre-Emmanuel Vaugrenard, écrivain convaincu de l’innocence d’Omar Raddad, s’installe à Nice pour mener sa propre enquête et rédiger un ouvrage sur l’affaire…

 

Mon avis :

 

      Tout le monde connaît cette histoire, notamment à cause de la faute d'orthographe de la fameuse phrase Omar m'a tuER. J'ai personnellement vu beaucoup de reportages à ce sujet. Je ne pensais donc pas apprendre beaucoup d'éléments sur l'affaire mais je voulais voir comment Roschdy Zem l'avait mise en scène.

     Et bien je me suis trompée. Je ne connaissais pas les 3/4 de l'affaire.

 

     Je vais commencé par faire l'éloge de Sami Bouajila qui joue le rôle d'Omar Raddad. Il est fabuleux !!! Il joue avec une telle justesse. Les divers sentiments qu'il doit jouer sonnent vrai. Il passe avec brio de l'incompréhension à la tristesse ou à la colère. Le film repose totalement sur ses épaules et c'est tant mieux. Il n'a cessé de me donner des frissons !

     Le film lui même est composé de deux histoires : celle d'Omar, de son arrestation à sa libération et celle de Pierre-Emmanuel Vaugrenard qui va mener sa propre enquête sur le meurtre. Les deux parties s'entrecroisent pour montrer combien l'arrestation d'Omar et son incarceration sont injustes. Car, oui, le film est un vrai plaidoyer pour l'innocence d'Omar Raddad. Il est vrai que toutes les preuves qui nous sont données dans le film ne peuvent que prouver son innocence. J'en étais déjà persuader avant d'aller voir le film donc cela ne m'a pas dérangé mais ce parti pris est un petit peu dérangeant tout de même.

     Ce qui m'a le plus plu dans ce film c'est de voir et de comprendre l'homme qu'est Omar Raddad. C'était un homme gentil, doux et discret. Comment s'est-il retrouvé dans cette situation ? D'abord, le racisme ambiant. Omar est un homme qui ne s'est jamais intégré en France. Après six ou sept ans de résidence en France, il ne parle toujours pas français et n'a aucun ami français. Ensuite, les circonstances. Il joue au casino et réclame régulièrement des avances sur salaires à sa patronne. Il se retrouve donc accusé de son meurtre. Et là commence un vrai calvaire. D'abord lors de son arrestation, il ne comprend pas bien ce que les policiers lui reproche. Ensuite lors de sa condamnation, il crie sa colère sans que personne ne l'entende. Enfin, le désespoir avec une tentative de suicide. Ce personne est très émouvant.

 

     Vous l'avez compris, je recommande ce très beau film.

Publié dans Film

Commenter cet article